Un chemin se reconnaît au fait que l'autre passant devient notre semblable et qu'il nous paraît inconcevable de ne pas le saluer.
P. Sansot